Yonathan Arfi

Le nouveau Président du Crif, un militant juif et citoyen

Blog du Crif - Marine Le Pen, menace existentielle pour les Juifs de France

12 Avril 2022 | 883 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Actualité
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Opinion
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

Pages

Peut-on imaginer une communauté juive sans viande cachère? Des Juifs sans le droit à la kippa ? Imaginer la vie des Juifs dans une France dirigée par l'extrême-droite est vertigineux. C'est l'exercice que je recommande à ceux qui auraient encore un doute sur la bonne attitude à adopter le 24 avril prochain.

Car, oui, l'élection de Marine Le Pen constituerait une menace existentielle pour les Juifs de France.

Tout d'abord, il ne peut y avoir d'avenir pour les Juifs de France sans liberté religieuse.

Or, Marine Le Pen et le RN ont au moins le mérite de la franchise : l'abattage rituel, demain, serait interdit. Le port de la kippa dans l'espace public, menacé. Les écoles juives, privées de financement. Ne nous faisons guère d'illusions, d'autres restrictions suivraient, au nom tantôt d'une laïcité instrumentalisée, tantôt d'une prétendue nécessité de sacrifice de la liberté des Juifs pour lutter contre le séparatisme islamiste.

Comme les Juifs dans l'ex-URSS, le but du Rassemblement National, ce sont des Juifs rendus peu à peu invisibles : des Juifs sans kippa et sans école juive. Des Juifs dont les organisations ont été progressivement affaiblies. En bref, la vision de l'extrême-droite, c'est la marranisation progressive des Juifs de France !

Deuxième point : il ne peut y avoir de Juifs libres dans un pays qui ne le serait pas.

Le pacte intime qui lie depuis plus de 200 ans les Juifs et la République repose sur l'idée que notre destin collectif dépend de l'état de la démocratie. L'Histoire le démontre : quand la démocratie s'efface, les Juifs en paient toujours le prix.
Tout, ou presque, chez Marine Le Pen veut rapetisser et amoindrir la France : son programme est une menace pour les libertés publiques. Son incompétence économique conduirait à un décrochage du pays. Ses alliances internationales avec Poutine et d'autres autocrates du monde entier mettraient la France au ban du monde libre.

Elle promet l'ordre public, nous aurions un régime autoritaire.

Elle promet de réduire les inégalités, nous aurions la paupérisation de masse.

Elle promet la souveraineté, nous aurions la vassalisation de la France.

Nous, citoyens juifs, attachés à nos libertés comme à la grandeur de la France, devons nous dresser contre la perspective de Marine Le Pen au pouvoir.

Les élections législatives s'annoncent sombres, compte tenu des scores inédits des partis populistes d'extrême-gauche comme d'extrême-droite. Nous aurons de nouvelles batailles.

Mais en attendant, le 24 avril, nous devons voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen.

Yonathan Arfi