Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Il y a huit ans, Paris était frappé par le terrorisme islamique

09 Janvier 2023 | 52 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Actualité
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Antisémitisme
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

La 77ème cérémonie du Yizkor organisée par le FARBAND - Union des Sociétés Juives de France s'est déroulée dimanche 2 octobre 2022, à 11h30 au cimetière de Bagneux. 

À l'aube de 5783, découvrez les vœux de Yonathan Arfi pour Roch Hachana. 

Pages

Opinion
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

Pages

Il y a huit ans.

Il y a huit ans, le 7 janvier 2015, Paris était frappé par le terrorisme islamique.

Il y a huit ans, la France était attaquée au cœur de ses valeurs.

Il y a huit ans, les frères Kouachi se rendaient dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo et assassinaient froidement 12 personnes :

Frédéric Boisseau, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski, Charb, Elsa Cayat, Bernard Maris, Moustapha Ourad, Franck Brinsolaro, Michel Renaud. Lors de leur fuite, ils ont abattu, à bout portant, le gardien de la paix Ahmed Merabet.

Ces criminels islamiques avaient décidé de perpétrer ce massacre afin, déclaraient-ils, de « punir le journal pour avoir publié les caricatures de Mahomet ».

Ils nous signifiaient alors que la liberté d’expression, si chère à notre pays, est incompatible avec les lois de cet Islam intégriste. 

Le lendemain, le 8 janvier, un de leurs complices, Koulibaly, en chemin vers une école juive de Montrouge, assassinait, sur sa route, la jeune policière, Clarissa Jean-Philippe.

Ce même Koulibaly, qui le vendredi 9 janvier se rendra à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes afin de tuer des Juifs !

Après une longue prise d’otages et l’intervention des forces du RAID et de la BRI, le terroriste sera abattu après avoir tué Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab et François-Michel Saada. 

Le terrorisme islamique, entre le 7 et le 9 janvier, signait ainsi, sa Haine de la Liberté d’expression, de nos lois et de ses représentants, et son viscéral Antisémitisme. 

Chez Charlie Hebdo, ils ont déclaré la guerre à nos valeurs de liberté de penser et de blasphémer.

Boulevard Richard-Lenoir et à Montrouge, ils ont craché leur détestation de nos valeurs républicaines et démocratiques en tuant deux policiers, et enfin à l’Hyper Cacher, ils ont montré au monde leur antisémitisme, tuant quatre juifs qui venaient faire leurs courses juste avant Shabbat.

Ces trois jours d’horreur ont été un choc pour l’immense majorité des citoyens français, comme dans nombre de pays partageant nos valeurs.

Nous avons été des millions à manifester à l’unisson partout pour déclarer haut et fort que nous étions Charlie, Policiers et Juifs. 

Nous avons imaginé, en toute bonne foi, que l’onde de choc et le traumatisme créé par ces attaques, allaient faire de nous un peuple uni, fort et décidé à ne jamais baisser les bras. Nous avons pensé que notre volonté serait plus forte et que « plus jamais ça » avait un sens. Malheureusement, depuis janvier 2015, d’autres attentats islamistes ont été perpétrés partout dans le pays et le nombre de victimes de cette idéologie mortifère n’a fait que grandir. La monstruosité des attaques ne cesse à chaque fois de nous surprendre et de nous émouvoir. Le Mal a de nouvelles ressources.

Chaque année, nous nous remémorons ces drames et nous nous recueillons en mémoire des disparus. 

Mais avons-nous vraiment vaincu la Bête ?

Ma réponse est malheureusement Non !

Depuis ces meurtres, peut-on librement et sans crainte tout dire, tout dessiner, tout critiquer, vivre en toute liberté et vivre sans crainte lorsqu’on est juif ?

L’antisémitisme a-t-il diminué ?

Encore une fois Non !

La crainte est là et la menace fait hésiter.

Le spectre des criminels plane.

Les êtres libres et courageux sont même obligés d’être protégés.

Huit ans après Charlie, l’assassinat des policiers et l’Hyper Cacher, poursuivons évidemment nos commémorations.  

Mais surtout levons-nous !

Faisons-en sorte que la Liberté triomphe et que l’obscurantisme soit vaincu. 

Le combat est loin d’être gagné, mais au nom de chacune des victimes du terrorisme islamique, battons-nous !

Je pense que c’est cela qu’elles attendent.

Elles nous regardent !

Never Forget 

 

Gil Taïeb