Communiqués de presse
|
25 Janvier 2023

Communiqué du Crif - Persistance des actes antisémites en 2022

En 2022, le Ministère de l’Intérieur et le Service de protection de la communauté juive (SPCJ) ont recensé 436 actes antisémites. Selon Yonathan Arfi, Président du Crif, « Nous avons la responsabilité d’identifier et de combattre les formes traditionnelles de l’antisémitisme comme ses formes contemporaines ».

Communiqué du Crif, 25 janvier 2023, Paris

Persistance des actes antisémites en 2022 

Le Service de protection de la communauté juive (SPCJ) publie aujourd'hui son rapport annuel sur le recensement des actes antisémites en 2022.

En 2022, le Ministère de l'Intérieur et le SPCJ ont recensé 436 actes antisémites.

  • Ce chiffre ne reflète qu'une partie de la réalité puisqu'il est uniquement basé sur les actes ayant fait l'objet d'une plainte ou d'un signalement à la police. Il ne reflète pas non plus la réalité de l'antisémitisme sur Internet.
  • 53 % des actes antisémites portent atteinte à des personnes.
  • 10 % des actes antisémites sont des agressions physiques violentes.
  • 61 % des actes antireligieux portant atteinte aux personnes sont dirigés contre des Juifs.

D'autre part, une étude a été menée sur la réponse pénale apportée aux agressions physiques antisémites commises de 2015 à 2019 :

  • 63 % des affaires d'agressions antisémites ont été classées sans suite
  • Dans seulement 24 % des affaires les agresseurs ont été condamnés

Le nombre des actes antisémites recensés en 2022, en baisse de 26 % par rapport à 2021, reste toutefois du même ordre que la moyenne des chiffres observés au cours des 20 dernières années.

Selon Yonathan Arfi, Président du Crif, « Bien que les Français juifs représentent moins d'1 % de la population, ils sont la cible de 61% des atteintes aux personnes à caractère antireligieux.

En 2022, l’antisémitisme a continué de prendre différents visages et notamment ceux de l’islamisme, du complotisme et de la haine d’Israël. Nous avons la responsabilité d’identifier et de combattre les formes traditionnelles de l’antisémitisme comme ses formes contemporaines.

L’antisémitisme n’est pas une menace que pour les Français juifs. Si l’antisémitisme commence avec les Juifs, il ne s’arrête jamais aux Juifs : il est un indicateur avancé de l’état de santé de la société française. »

 

Contact presse :

Laura Nhari – 06.50.62.33.82